Retour de la hausse des prix de l’immobilier en France

Dans certaines régions françaises, le prix de l’immobilier se voit repartir à la hausse. L’Île-de-France se trouve parmi elles.

Il fallait s’y attendre, les prix de l’immobilier repartent à la hausse et notamment à Paris. Cette hausse n’est pas généralisée, mais dans la plupart des grandes agglomérations elle est constatée.

Cette augmentation des prix est notamment relevée dans 4 départements de l’Île-de-France (Paris 75, Val-de-Marne 94, Seine Saint-Denis 93 et Hauts de Seine 92). Hors région parisienne, c’est surtout en Aquitaine, Bretagne et Normandie que cette montée des prix se montre.

Hausse prix de l'immobilierHausse du prix de l’immobilier à Paris

La plupart des zones affectées par cette augmentation avaient vu ces dernières années des baisses significatives. Mais comment expliquer alors cette augmentation dans des grandes agglomérations comme Paris? Et bien , la réponse est simple: c’est un mélange entre deux phénomènes qui sont le dynamisme économique des grandes agglomérations, et également le manque de constructions de logements neufs, ce qui nous donne donc une hausse des prix dans l’immobilier ancien.

Ainsi à Paris, s’est légèrement vu augmenter part rapport à ces derniers mois, passant de 8 150 euros le mètre carré à 8 229 euros. Même si cette hausse de l’immobilier n’est pas très importante pour le moment il faut s’attendre, durant les mois à venir, à avoir des prix toujours plus élevés, en particulier si le gouvernement ne résout pas le problème de constructions d’immobiliers neufs, qui on le rappelle est devenue l’une des priorités du gouvernement Hollande, notamment avec le Premier ministre Manuel Valls qui veut « relancer la construction ».

Pour le moment, dans des agglomérations comme Marseille ou Lyon, nous avons des prix qui oscillent les 2 500 euros/m².

D’autres explications à cette hausse des prix?

Il y a d’autres explications: Les taux d’intérêts. En effet, les taux historiquement bas donnent la possibilité d’acheter un peu plus chers. C’est d’ailleurs les jeunes actifs qui se chargent d’acquérir des biens immobiliers plus petits, mais pas moins chers.

Un autre problème concernant l’immobilier parisien est sans doute la location, car plus de 12% des locataires ont quittés le « navire parisien ».

Voir aussi:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.